Un rein

Douleur vésicale - causes, symptômes et traitement

Douleur vésicale - causes, symptômes et traitement


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Lorsque la vessie fait mal, nous la remarquons généralement directement au-dessus de l'os pubien ou, de manière beaucoup plus désagréable, dans tout l'abdomen. La douleur vésicale peut avoir différentes raisons. Le traitement des plaintes est également varié.

La vessie repose sur le plancher pelvien et recueille l'urine. À plus de 350 millilitres, nous ressentons le besoin d'uriner, mais une vessie saine peut également stocker jusqu'à un litre. La vessie est divisée en corps de la vessie, col de la vessie et base de la vessie.

Un uretère relie la vessie aux reins, dont les déchets passent dans la vessie avec l'urine à éliminer via l'urètre.

La vessie fonctionne comme un ballon. Lorsque l'urine la remplit, elle devient une boule. Les muscles lisses les rendent très extensibles.

La douleur vésicale s'accompagne d'une sensation de brûlure lors de l'urine.Si la vessie est enflammée, nous ressentons une forte pression pour se vider même avec de petites quantités d'urine.

Causes

La douleur vésicale est facile à diagnostiquer. Les analyses de sang et d'urine clarifient les causes dans de nombreux cas. Si la cause reste incertaine, l'échographie aide.

L'inflammation de la vessie déclenche souvent la douleur. Si nous devons aller aux toilettes tout le temps et que le pipi fait mal, une telle inflammation est probable.

Les femmes souffrent particulièrement souvent de cystite, en particulier pendant la ménopause et pendant la grossesse. La vessie est sensible au froid et nous développons rapidement une infection de la vessie si nous sommes assis sur des surfaces froides ou si nous avons les pieds froids. Les nerfs qui alimentent la vessie sont également situés sous la plante des pieds.

Les calculs vésicaux provoquent également des douleurs dans la vessie et une gêne lors de la miction. Une vessie dite irritable augmente le risque d'infections de la vessie et de calculs vésicaux.

Si le vagin ou l'utérus devient enflammé, cela provoque également des douleurs dans la vessie. Un utérus abaissé présente également des problèmes de vessie.

Les hommes qui ont des problèmes de prostate, qu'il s'agisse d'une hypertrophie de la prostate, d'un cancer de la prostate ou d'une inflammation de la prostate, ont également des problèmes urinaires et une douleur intense dans la vessie et l'abdomen.

Le cancer affecte également la vessie elle-même, ce qui se traduit par une douleur brûlante qui devient chronique.

Cystite

Les infections de la vessie sont une inflammation des voies urinaires causée par des bactéries, des virus, des parasites ou des champignons. Ces germes pénètrent généralement dans la vessie de l'extérieur, l'enflamment et irritent la paroi de la vessie. Comme pour le «froid», le froid n'est pas la cause, mais l'hypothermie et un système immunitaire instable aident les agents pathogènes à pénétrer.

Cela devient difficile lorsque les personnes touchées souffrent de facteurs de risque qui favorisent l'infection.

Ceux-ci sont:

1) Une faiblesse générale du système immunitaire

2) Congestion urinaire avec hypertrophie de la prostate, rétrécissement de l'urètre, calculs urinaires ou tumeurs de la vessie

3) Reflux urinaire de la vessie dans l'uretère

4) Troubles nerveux qui empêchent le système vésical de fonctionner

5) Cystite récurrente

6) Grossesse et ménopause

7) conditions préexistantes telles que le diabète

8) Les cathéters permanents irritent la vessie en permanence et la connectent au monde extérieur riche en bactéries.

Sans ces plaintes de base, les remèdes maison aident. En règle générale, vous devez rester au chaud comme une vessie enflammée et boire des thés vésicaux et rénaux.

Causes

Les principaux responsables des infections de la vessie sont la bactérie Escherichia coli. Ces bactéries appartiennent à la communauté naturelle de l'intestin. Nous nous infectons généralement: si nous nettoyons l'anus de l'arrière vers l'avant au lieu de l'avant vers l'arrière après avoir utilisé les toilettes, les bactéries peuvent passer de l'anus à l'urètre et à la vessie. Pour des raisons anatomiques, c'est plus facile pour les femmes que pour les hommes.

Si nous ne nous nettoyons pas correctement ou seulement insuffisamment après les selles, les bactéries se propagent également. Pour cette raison, les personnes qui ne peuvent pas se nettoyer comme des malades ou des nourrissons ont régulièrement besoin de couches fraîches.

Nous devons également faire attention à la propreté lors des rapports sexuels anaux et passer d'un rapport anal à un rapport vaginal.

Cependant, de nombreux autres agents pathogènes peuvent également provoquer une infection de la vessie: staphylocoques, streptocoques, stickies ou Candida albicans.

La cystite est fréquente dans les troubles métaboliques, les rapports sexuels fréquents et la grossesse: pendant la grossesse, les voies urinaires s'élargissent et s'ouvrent aux bactéries.

Conséquences de la cystite

Si l'inflammation monte à travers les uretères, elle peut se propager à une inflammation des reins et du bassin et provoquer des lésions rénales chroniques. Pendant la grossesse, une infection de la vessie peut provoquer un travail prématuré et entraîner une fausse couche prématurée, voire une fausse couche.

Par conséquent, il existe un test d'urine pour les femmes enceintes pour détecter précocement une infection de la vessie.

Quand le médecin est-il demandé?

Une cystite bénigne n'est pas une raison d'aller chez le médecin. Ce n'est pas plus dangereux qu'un rhume et passera si nous gardons la vessie au chaud et buvons beaucoup.

Cependant, il faut absolument voir un médecin si la douleur persiste plus de trois jours, il y a du sang dans les urines, nous avons de la fièvre, la cystite revient sans cesse, nous sommes enceintes, notre système immunitaire est affaibli ou nous souffrons de diabète.

Diagnostic

Le médecin demande d'abord les symptômes exacts et prélève un échantillon d'urine. Par conséquent, nous devons laver la région génitale avant d'aller chez le médecin. Nous vidons un peu d'urine dans une tasse propre, mais ni la première ni la dernière goutte, mais le soi-disant jet central. Cela signifie que nous ne faisons pipi dans la tasse qu'après quelques secondes.

Le médecin reconnaît dans une bandelette urinaire les substances contenues dans l'urine. Les globules blancs montrent s'il y a inflammation. Ils sont les «guerriers» de notre système immunitaire et se rassemblent là où les germes sont entrés pour les combattre. Le nitrite sécrète des bactéries. Comme elle n'est généralement pas dans l'urine, la substance est un indicateur que les germes se sont installés.

Un test de laboratoire montre le nombre de bactéries présentes dans l'urine. Si l'inflammation persiste, le médecin doit prescrire des antibiotiques. Pour ce faire, il élève une souche de bactéries et détermine quels antibiotiques fonctionnent le mieux contre les ravageurs.

Si l'infection de la vessie est compliquée, une échographie est nécessaire. Le médecin l'utilise pour reconnaître si les reins, les voies urinaires ou les reins changent, ce qui se passe lorsque la prostate grossit, une tumeur se développe ou des calculs vésicaux bloquent l'écoulement de l'urine.

Le médecin examine également l'urine résiduelle pour déterminer si l'urine reste dans la vessie. S'il y a trop d'urine dans la vessie, cela indique un trouble de la vidange.

En cas de suspicion de cystite compliquée, l'urologue est interrogé. L'examen aux rayons X et mesure le débit urinaire et reconnaît ainsi si l'urine retourne dans l'uretère.

Si un cancer de la vessie est suspecté, le spécialiste insère un endoscope dans la vessie. Il voit la vessie de l'intérieur et voit si les tumeurs se développent.

Remèdes maison

Nous pouvons traiter nous-mêmes la cystite légère avec des moyens simples. Une bouillotte, des bains chauds ou des bains complets et des compresses chaudes et chaudes sur l'abdomen atténuent les symptômes, car ils détendent les muscles de la vessie. Boire beaucoup de tisanes et d'eau est recommandé. Cela "rincera" la vessie. Les visites aux toilettes sont également moins douloureuses. Dans la pharmacie, il y a des «thés blisters» spéciaux à acheter.

Les bactéries comme cause des douleurs vésicales

Si des bactéries en sont la cause, le médecin prescrit des antibiotiques tels que le cotrimoxazole, la fosfomycine ou la nitrofurantonine.

Comme avec tous les antibiotiques, vous ne devez pas arrêter de les prendre trop tôt, même si les symptômes s'améliorent. En règle générale, la douleur diminue après un jour.

Si la douleur revient sans cesse, la bactérie peut être résistante à l'antibiotique choisi. Ensuite, les médecins doivent concevoir un nouvel antibiogramme, c'est-à-dire utiliser des antibiotiques alternatifs.

La prévention

Nous pouvons simplement nous protéger contre les infections bénignes de la vessie.

1) Buvez suffisamment. Lorsque nous fournissons du liquide à la vessie, les agents pathogènes sont éliminés par l'urine.

2) N'allez pas aux toilettes tant que la vessie n'est pas pleine. Cela aide également en tant que «programme d'urgence» si, par exemple, en voyage, nous ne pouvons pas maintenir une hygiène personnelle normale ou ne pouvons pas changer nos sous-vêtements quotidiennement.

3) Nettoyez de l'avant vers l'arrière et non l'inverse. C'est ainsi que nous empêchons les bactéries de l'intestin de pénétrer dans l'urètre.

4) Portez des sous-vêtements en coton, changez-les régulièrement et lavez-les à 60 degrés.

5) Lavez régulièrement les organes génitaux à l'eau tiède.

6) Les préservatifs protègent contre les bactéries transmises lors des rapports sexuels. Cependant, nous devons les changer, surtout après une relation anale.

7) Gardez les pieds au chaud et changez de sous-vêtements mouillés, surtout après la baignade pour éviter l'hypothermie.

8) Les canneberges aident contre les bactéries coli

Cystite chronique

Si nous souffrons constamment de douleurs vésicales sans causer de problèmes urinaires, les médecins appellent cela une vessie irritable. Cela peut avoir diverses causes, et celles-ci restent souvent inconnues après des années d'enquête.

La mise en miroir de la vessie est à l'ordre du jour car les symptômes chroniques peuvent être les signes d'une tumeur. (Dr Utz Anhalt)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux exigences de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Dr. phil. Utz Anhalt, Barbara Schindewolf-Lensch

Se gonfler:

  • Wolfgang Weidner; Hans-Ulrich Schmelz; Christoph Sparwasser: Spécialiste en urologie: Diagnostic et thérapie différenciés, Springer, 2006
  • H. Jorien van Brummen et al.: «Comment la prévalence des symptômes urogénitaux change-t-elle pendant la grossesse?», In: Neurourology and Urodynamics, Volume 25 Issue 2, 2006, Wiley Online Library
  • Markus Müller; Petra Haag; Norbert Hanhart: Gynécologie et urologie: pour l'étude et la pratique, Medical Vlgs- u. Services d'information, 2016
  • Ines Ehmer: Infections de la vessie, douleurs de la vessie: ... vous n'êtes pas obligé de vivre avec ça, W.Zuckschwerdt Verlag, 2015
  • Thomas Standl; Jochen Schulte am Esch; Rolf-Detlef Treede: Traitement de la douleur: Douleur aiguë - Douleur chronique - Médecine palliative. Georg Thieme Verlag, 2010
  • Groupe de travail des sociétés médicales scientifiques (AWMF) e.V.: Www.awmf.org (consulté le 20 août 2019), numéro de registre 043 - 044


Vidéo: Inflammation de la prostate - 2 minutes pour comprendre (Décembre 2022).